FAQ : questions fréquentes - Sain Sabot

Abonnez-vous à notre newsletter

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

FAQ : Question fréquentes

 

 

 

Quand faire appel à un pédicure-podologue – DAEP ?

 

– Quand votre cheval est boiteux et que les traitements conventionnels n’y font rien

– Quand vous suspectez les pieds de votre cheval de ne pas être aussi forts et sains qu’ils pourraient l’être

– Quand votre cheval ne cesse de perdre ses fers

– Quand votre cheval est pieds nus, mais montre de l’incomfort

– Quand vous voulez obtenir des informations sur la transition de ferré à pieds nus

– Quand vous parez vous-même votre cheval mais souhaitez qu’un professionnel vérifie de temps en temps ses pieds

– Quand vous envisagez la compétition à haut niveau avec un cheval pieds nus (endurance, dressage, CSO, etc.)

– Quand vous ou votre vétérinaire souhaitez obtenir une seconde opinion émanant d’un spécialiste hautement éduqué

– Quand vous envisagez d’acheter un cheval et souhaitez une évaluation de ses pieds

 

 

A quelle fréquence mon cheval doit-il être paré ?

 

Chaque cheval est différent, mais dans les premières phases de la transition (période qui suit le déferrage), plannifiez un passage du pédicure-podologue toutes les quatre semaines afin de permettre le bon établissement de l’équilibre des pieds et de la croissance de la nouvelle corne.

Une fois l’équilibre du pied stabilisé, la période entre deux parages peut être étendue à 5, éventuellement 6 semaines. Cela dépendra du rapport croissance/usure des pieds de votre cheval.

Ce rapport dépend de la génétique du pied, de la discipline et du niveau auquel elle est pratiquée, de la fréquence de l’entraînement du cheval et de la qualité des sols sur lesquels il est entraîné.

Les pieds de mon cheval sont trop mauvais pour qu’ils puissent se passer de fers, n’est-ce pas ?

Dans la majorité des cas, ce sont justement ces chevaux aux « mauvais pieds » qui tireront le plus de bénéfice d’un déferrage. Si les pieds sont endommagés / affaiblis à ce point, ils ne feront que continuer à se détériorer au fil des ferrures.

La réhabilitation sera un challenge plus important, mais si le propriétaire s’investit et y consacre le temps nécessaire, ils pourront s’améliorer de façon radicale.

 

 

Votre méthode, c’est juste une autre façon de parer ?

 

Pour faire court, non. La Podologie équine appliquée est un concept innovant qui porte le traitement du pied équin à un nouveau niveau. Plutôt que de recourir à des angles ou normes prédéterminés, un DAEP utilise des points de repères externes, mais issus des structures internes du pied, qui lui permet de mettre la boîte cornée et les structures internes en équilibre fonctionnel, sur les plans biomécaniques, neurologiques et énergétiques.

Par ailleurs, le parage n’est qu’un des outils qu’utilise la science de la Podologie équine appliquée pour développer et maintenir des pieds sains et forts, capables de hautes performances.

 

 

Je monte beaucoup sur la route ; sans fers, les sabots de mon cheval s’useraient trop, n’est-ce pas ?

 

C’est une idée fausse communément répandue. Monter sur route peut être très bénéfique aux pieds de votre cheval tant que leurs structures sont saines. Si vous exposez progressivement et régulièrement les pieds nus de votre cheval à la route, ils s’en trouveront sainement stimulés.

Les cas où les chevaux usent leurs pied plus vite qu’ils ne poussent sont rares. Un pied correctement équilibré reçoit de la route une stimulation bien répartie. Avec une préparation correcte, même ceux qui évoluent sur route plusieurs heures par jour n’useront pas excessivement leurs pieds.

 

 

Je fais beaucoup de saut d’obstacle et j’ai donc besoin de crampons. Comment avoir ce supplément de traction sans fers ?

 

En termes de traction, du métal sur de l’herbe ou du tarmac est loin de procurer les meilleures performances. C’est bien pour cela qu’on ajoute traditionnellement des crampons aux fers, pour pallier à une traction déficiente dans ces cas.

Un pied non ferré procure une traction très efficace. Le matériau dont est constitué le sol, en s’accumulant dans les lacunes latérale et la légère dépression de la ligne blanche, « adhère » au sol et procure un meilleur équilibre, une meilleure stabilité, une meilleure traction et un meilleur freinage.

 

 

Combien de temps prendra la réhabilitation des pieds de mon cheval après le déferrage ?

 

La seule réponse possible est : ça dépend. Cela dépend du capital génétique des pieds de votre cheval, de l’étendue des dégradations ou sous-développements causés par la ferrure, de l’environnement dans lequel vit le cheval, de son régime alimentaire et également — très important — de votre investissement et de votre implication en tant que propriétaire.

Si vous êtes prêt à fournir les efforts nécessaires, vous serez plus vite récompensé car le résultat sera plus vite visible. Déferrer est un investissement à long terme, pas une « solution de réparation rapide clef en main ». Le temps est un facteur essentiel, il est la cinquième dimension de l’équation d’équilibrage du pied !

 

Peut-on monter dans toutes les disciplines sans fers ?

 

Nombreux sont les chevaux qui font de la compétition à haut niveau en course de plat, steeple-chase, complet, CSO, dressage, endurance, racing, etc sans fers. Un DAEP saura vous dire de quoi sont capables les pieds de votre cheval aujourd’hui, et saura vous guider pour développer ces mêmes pieds pour les amener au niveau requis pour le niveau de compétition que vous envisagez.

N’oubliez pas que chaque cheval est un cas unique. Il se peut néanmoins que, pour diverses raisons, votre cheval ne soit pas à même de développer un pied capable d’endurer 60 km en endurance sur terrain rocailleux.

Il faut alors soit faire en fonction des pieds dont vous disposez, soit les protéger. Pour illustrer ce propos, nous sommes tous capable de jouer au basket, mais pas tous capable de saisir le ballon d’une seule main et de sauter à hauteur du panier.

 

 

Une ferrure n’est pas très chère. Est-ce que cela coûte moins cher d’avoir un cheval pieds nus ?

 

Au début du processus de réhabilitation, vous devrez sans doute faire venir le pédicure-podologue fréquemment et vous aurez peut-être à faire l’acquisition de matériels pour faciliter la transition, comme des hipposandales, des semelles en mousse Solemates, des Perfect Hoof Wear ou des produits pour éradiquer les infections.

Cela peut sembler coûteux sur le coup, mais vous investissez en fait sur la santé à long terme des pieds de votre cheval. Une fois que votre cheval se sera reconstitué des pieds sains et forts, les visites du pédicure-podologue seront plus espacés et le coût de l’entretien des pieds de votre cheval sera moindre.

 

 

Les pieds blancs sont ils plus fragiles que les pieds noirs ?

 

Non ! Ce n’est qu’un mythe qui a la vie dure. La couleur de la corne n’a aucune influence sur sa dureté ou ses propriétés mécaniques. La génétique et des soins corrects et attentifs aux pieds de votre cheval détermineront leur qualité.

La paroi des pieds de mon cheval est de mauvaise qualité, il fait des seimes tout le temps. Donc il ne peut se passer de fers, n’est-ce pas ?

Une paroi fine et de mauvaise qualité peut avoir de nombreuses causes, telles qu’une alimentation mal adaptée ou mal équilibrée, un mauvais environnement, des pieds déséquilibrés ou une infection sous-jacente.

Mais la cause la plus probable est une déficience de paroi interne (la couche non pigmentée de la paroi) engendrée par la nature intrinsèquelent restrictive du fer. Des changements rapides et extrèmes du taux d’humidité du sabot, ainsi que des applications répétés de certains type s d’onguents peuvent aussi engendrer une rupture des liens qui unissent les molécules de kératine qui constituent la corne.

 

Mon cheval devra-t-il en passer par une période de boiterie avant d’être à l’aise sans fers ?

 

Au déferrage, il se peut que votre cheval perçoivent le sol différemment et qu’il en soit gêné, il sepeut qu’il marche de façon différente. C’est parce qu’il ressent des pressions sur des structures qui n’étaient jusqu’alors pas exposées au sol du fait de la ferrure et qui, au fil du temps, se sont peut-être atrophiées ou affaiblies.

Cette sensibilité ne doit pas être confondue avec la douleur. La clef est de faire en sorte d’exposer graduellement votre cheval à des sols de plus en plus exigeants tout en minimisant les risques de traumatismes dus à des pressions extrêmement localisées.

 

 

Que dois-je prendre en considération avant de décider de déferrer mon cheval ?

 

– Qu’est-ce qui est le plus important, votre saison de compétition ou la santé et le bien-être de votre cheval ?

– Avez-vous la volonté d’acquérir les connaissances nécessaires au bon entretien des pieds de votre cheval ?

– Etes-vous capable de prendre une part réellement active dans la préparation et le dévloppement des pieds de votre cheval pour les amener au niveau requis pour la discipline que vous pratiquez ?

– Saurez vous faire preuve de l’engagement nécessaire pour donner du temps au temps afin que les pieds de votre cheval se développent et s’améliorent ? Les tissus vivants ne se développent pas à la vitesse d’un SMS…

 

 

Comment se déroule une ‘consultation’ typique ?

 

Prévoyez de consacrer deux heures à la visite initiale du pédicure-podologue afin que vous et votre cheval en retiriez le maximum. Les visites seront plus courtes, au fur et à mesure que les pieds du cheval progresseront dans leur équilibre général.

De même, de bonnes conditions de travail sont le gage d’un meilleur résulat : une surface plane, en dur, de préférence abritée et bien illuminée est l’idéal. Le pédicure-podologue aura aussi besoin de voir le cheval évoluer au pas et au trot, en longe ; là aussi, une aire plane est plus que préférable.

Pendant une visite initiale, sept structures seront évaluées sur chaque pied afin de dresser une image de la santé générale de chaque pied et d’identifier les éventuels problèmes. Les résultats seront noté sur un ‘Spectrum of Usability’, une fiche d’évaluation. Si besoin est ce jour-là, la méthode HPT™ (High Performance Trim, parage haute performance) sera appliquée.

Elle permet d’équilibrer le pied sur les plan biomécanique, neurologies et énergétiques, en se fondat sur des points de repères issus des structures internes du pied, afin de permettre le fonctionnement optimum des strcutures internes et externes du pied. Votre DAEP vous remettra par la suite un rapport d’évaluation écrit complet, éventuellement accompagné de photographies, dans lequel figureront également des recommandations précises afin de créer un « programme de travail » visant à développer le pied du cheval pour qu’il atteigne une santé optimale.

Ce rapport et ces recommandations prennent en compte l’environnement, l’alimentation etl’entraînement du cheval. Important : évitez de faire travailler votre cheval juste avant le passage du DAEP, car il en résulte un accroissement de la circulation sanguine dans le pied qui peut faire apparaître certaines structures plus grosses qu’elles ne sont normalement.

0